De par le monde, mes yeux s'extasy!

Nouvelle série : Ils m’ont tapé dans l’oeil

Ils m’ont tapé dans l’oeil (n°1)

J’ouvre une nouvelle rubrique intitulé « Ils m’ont tapé dans l’oeil ».

Cette rubrique épisodique est consacrée aux artistes dont j’apprécie à fond la démarche artistique. Il y aura donc des photographes, des cinéastes, des écrivains, des musiciens, des plasticiens, des sculpteurs, etc.

J’espère vous faire découvrir des artistiques talentueux méconnus du public, mais j’aimerai revenir aussi sur des artistes connus que j’apprécie particulièrement et qui me paraissent incontournables.

Cette semaine, je vous présente le travail de Michael Ackerman

Michael Ackerman est représenté par la Galerie VU’
Américain. Né en 1967 à Tel Aviv. Il vit à Berlin.

Depuis sa première exposition en 1999, il créé son univers en adoptant une approche radicale et unique. Son travail sur Varanasi, intitulé End Time City, rompt avec toute sorte d’exotisme, avec toutes tentatives descriptives, anecdotes, pour questionner le temps et la mort avec une liberté qui lui permet de passer du panoramique – dont l’usage est ici réinventé – aux carrés et aux rectangles.
En noir et blanc, avec une prise de risque permanente, il explore d’impossibles lumières, autorise le regard à travers le grain pour créer des visions énigmatiques et fécondes.
Michael Ackerman cherche – et trouve -dans le monde qu’il traverse, l’image de son propre malaise, des ses doutes personnels, et de son anxiété.

Il a reçu le Prix Nadar 1999 pour son livre « End Time City » ainsi que le Prix Inifinity pour jeune photographe en 1998.

Voici le lien sur lequel vous pouvez consulter ces reportages

http://www.agencevu.com/photographers/photographer.php?id=1

Publicités

2 Réponses

  1. nico

    Très bonne idée, surtout pour un inculte comme moi! Je me coucherai un peu moins c… ce soir, et ça ne peut pas me faire de mal 😉
    Plus sérieusement, je crois avoir reconnu l’influence de cet artiste sur ton travail à travers l’utilisation du flou.
    La photo que tu as choisie pour illustrer son travail est tout bonnement géniale: un gros travail sur la lumière et le cadrage, combiné à la magie de l’instant avec cette fumée carrément imprévisible, j’adore!

    novembre 6, 2011 à 9 h 12 min

    • Il a publié 3 livres, j’ai les deux premiers, le premier pour moi est le plus sensationnel, je l’ai découvert à la Fnac, avant de partir travailler à l’étranger, j’ai eu un choc émotionnel, jamais un livre ne m’avait fait un tel effet, j’étais en sueur, en plein hiver!!!
      J’aimerai avoir son talent, mais ça c’est une autre histoire. Et puis le gars n’a pas peur de se mouiller, il explore les bas-fonds de la nature humaine et prend certains risques physiques. Je partage son goût pour une certaine laideur esthétique, je vais parti de ces partisans d’une approche de la photographie que je qualifie de « charbonneuse ». Gainsbourg, le peintre, était aussi un apôtre de cette approche esthétique qui fait l’éloge de la laideur tout en la sublimant.

      novembre 6, 2011 à 9 h 29 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s