De par le monde, mes yeux s'extasy!

Ils m’ont tapé dans l’oeil ! n°9: Melancholia de Lars Von Trier

Voici un film que j’ai vu il y a un mois et qui me poursuit encore, plutôt rare!

Il s’agit de la fin du monde, un couple se marie alors que la planète et l’humanité vit ses derniers instants. Elle, Justine (Kirsten Dunst) et lui ne le savent pas encore mais la jeune mariée, une artiste reconnue (dans la catégorie des écorchées vives), ressent en souffrance l’intensité de ce monde qui va à sa perte, dans sa chair et son âme, comme si elle était raccordée à la terre, au cosmos. (peut-être la dimension philosophique ou symbolique du film?)

Dès la cérémonie de mariage et durant le repas, le malaise s’installe, des parents divorcés (Charlotte Rempling et John Hurt) qui se balancent des reproches en public comme dans une joute verbale. Un beau-frère (kiefer Sutherland) plein aux as, le « grand argentier » de ce mariage est très attaché quant à lui aux conventions, il se scandalise devant les disparitions et réapparitions répétées de la mariée pendant le repas de mariage, il ne cesse de lui faire des reproches tout en débordant d’affection pour elle, elle qu’il considère comme une petite soeur irresponsable. Il vire la mère acariâtre de la mariée  qui assène quelques vérités sur le mariage et écorne l’image idyllique qu’il représente, etc. (la dimension sociale)

Les choses vont de mal en pis, les scientifiques se veulent rassurant d’autres le sont beaucoup moins mais ils ne sont pas relayés par les médias, évident!

Alors que le drame s’installe, la vraie nature des gens est révélée, la lâcheté du beau-frère jouxte la flamboyance et le courage de deux soeurs (Charlotte Gainsbourg et  Justine, la mariée) devant l’inéluctable.  Elles vont tenter de préserver le seul enfant de la famille de la cruauté irréparable de ce monde en perdition. (la dimension ontologique)

La fin, poétique et sublime ne suffit pas à effacer ce sentiment d’effroi, sentiment amplifié par une bande sonore dantesque! 

A voir donc absolument, on flippe, on flippe mais j’ai trouvé ce film grandiose, il en ferait presque oublié les frasques du réalisateur lors du festival de Cannes de 2011. Attention cependant, on aime ou déteste!

Merci monsieur Lars Von Trier pour ce film que je trouve fabuleux! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s